Nicolas Achten



Présentation
Agenda
Programme
Billetterie
Infos pratiques
Contacts
Il pianto d'Orfeo
Nicolas Achten & Scherzi Musicali > Le mythe d'Orphée dans l'Italie du Seicento


Nicolas Achten

& Scherzi Musicali

 

Nicolas Achten > baryton, harpe, théorbe
Lambert Colson > cornet à bouquin
Justin Glaie > viole de gambe et lirone
Solmund Nystabakk > théorbe et guitare baroque

 

 

L’histoire de la musique prend en 1600 un virage fondamental avec la naissance de l’opéra. C’est à Florence qu’émerge ce genre nouveau au sein de la Camerata Bardi, société savante regroupant les plus éminents humanistes de la ville : artistes, philosophes et théoriciens. Ces intellectuels apprennent les modes de représentation de la tragédie et la diction de la poésie : on usait d’une voix à mi-chemin entre le parlé et le chanté, et on s’accompagnait d’un instrument (lira, kithara, arpa, etc). Ces relectures antiques seront dès lors déterminantes pour la nouvelle génération de compositeurs tels que Giulio Caccini, Jacopo Peri et Emilio de’ Cavalieri qui, en 1600, écriront chacun une œuvre en stile rappresentativo, calquée sur le modèle de la tragédie grecque.

 

Par ces découvertes, une nouvelle musique devait naître : le recitar cantando. Son fonctionnement et sa notation furent théorisés et mises en application : désormais, chaque personnage chantera, à voix seule, une partie qui imite la déclamation, tant sur du point de vue du rythme que de l’intonation. Pour accompagner cette voix seule, la basse continue voit le jour, de même qu’un tout nouvel instrumentarium destiné à accompagner les voix : le chitarrone, le lirone et la harpe rejoindront d’autres instruments tels que le clavecin ou l’orgue. Le genre connaîtra d’abord un succès certain dans le nord de la péninsule. Très vite, Monteverdi emboîte le pas avec son Orfeo ; d’une certaine manière, il libère l’opéra des dogmes florentins pour y renforcer le sens du drame.


Scherzi Musicali vous invite à parcourir l’histoire d’Orphée, de son bonheur à l’idée d’épouser Eurydice à ses larmes amères lorsqu’il perd cette dernière. Le programme a pour squelette les interventions du demi-dieu dans les deux L’Euridice de 1600 (Peri et Caccini), l’Orfeo de Monteverdi. Autour de ces extraits, nous avons rassemblé quelques pages d’autres compositeurs italiens de la première moitié du XVIIème siècle dont la thématique s’assimile à l’histoire d’Orphée.
 

 

Maing > Eglise Saint-Géry [cliquez pour découvrir le lieu]

Samedi 31 mai 2014 > 20h

Clé d'écoute à 19h30

Tarif A




mentions légales    |    crédits    |    conception keeo.fr
Copyright © Harmonia Sacra. Tous droits réservés