[La Petite Chronique du Festival explorateur] Sganarelle de Molière

par Michel Fielbal

Pluies orageuses, températures en berne, frimas… bref, nous étions repartis dans l’hiver ce jeudi 2 mai en fin d’après-midi. Pourtant le baromètre de notre moral restait au beau fixe ! Et pour cause : ce soir on s’était donnés rendez-vous pour mettre les voiles un mois durant pour notre croisière baroque du mois de mai !

 

Et cette année, l’embar(o)quement eut lieu au magnifique Château de l’Hermitage à la sortie de Condé sur l’Escaut à deux pas de la Belgique wallonne, notre terre jumelle. L’étiquette fut bouleversée cette fois : le spectacle devrait attendre la fin du délicieux cocktail préparé par Dame Béatrice et ses fidèles copines Véro, Marie et Marie Françoise ! (On ne change pas une équipe qui gagne !) Il s’agissait d’accueillir les fidèles amis d’Harmonia sacra pour l’avant-première du festival ! Petits fours, navettes, verrines, toasts, radis, tomates cerises, mousses au chocolat, mignardises sucrées et salées, verres de l’amitié prirent d’assaut les amis du festival sans qu’aucun d’entre eux n’ait pu résister à l’attaque ! On ne nous avait pas menti sur la qualité de service de la Première classe et on ne regrettait pas notre choix !

 

Repue, la cohorte festivalière s’engagea alors toute guillerette sur le chemin rafraîchi par la pluie qui menait au château. Bien installée dans la rotonde, (mais tiens, cette fois au fond de la salle, le dos tourné au magnifique panorama sur le parc, avec vue sur trois portes !!!?) chacun attendait l’entrée des acteurs !

 

Et oui, point de musique cette fois mais du théâtre Monsieur ! Du Molière ! L’école Théâtre Molière Sorbonne dirigée par Mickaël Bouffard nous restituait Sganarelle ou le cocu imaginaire : une pièce en un acte du grand Jean Baptiste! Une démarche archéologique pour une « interprétation historiquement informée » nous annonçait-on doctement dans le programme ! Ben oui, fallait lire le thème de la croisière avant de s’inscrire, jeune homme ! « Exploration(s), il était dit ! Ça commençait fort !

 

Et puis, comme d’habitude, on s’est fait embobiner en deux temps trois mouvements par le merveilleux spectacle ! Quiproquos en veux-tu en voilà, chacun se croyant cocu ou trahi à son tour, cascades d’entrées et de sorties par les fameuses trois portes ! (On comprenait maintenant le choix de la « toponymie » inversée de la scène.) Et puis ce fut le ballet des consonnes : c’était à qui du « R », du « S » ou encore du « T » en position finale donnerait le plus à faire réentendre sa voix ! Certaines diphtongues ne furent pas en reste, le « OI » s’émancipant le premier… Notre oreille se délectait de saveurs inédites et soudain la Musique refaisait son entrée par la porte dérobée d’un Monsieur Jourdain émerveillé à la découverte de la beauté du langage !

 

Tout est bien qui finit bien ! Les cocus étaient bien imaginaires, et les couples finalement heureux ! Bonheur communicatif puisque de nombreux festivaliers reprirent le chemin du retour avec « enchannntementttttt et l’envieeee de goûterrrrr aux autressss plaisirssss » du festival qui débute! Ça tombe bien, avec les nombreuses « exploration(s) » annoncées, l’envie n’est pas prête de se tarir !

 

Tete Michel Fielbal / Photos Francis Delaby

2019 05 02 Embaroquement Sganarelle 21